Ethio-Ethic Textiles et objets de décoration artisanaux équitables éthiopiens
Accueil
Il était une fois                 

     Même si les recherches archéologiques récentes établissent avec certitude que l'état axoumite n'est ni le premier, ni le plus ancien des états éthiopiens, il est courant de prendre comme point de départ de l'Histoire de l'Éthiopie la formation de cet état axoumite. Il s'agit en fait plutôt d'une primauté de mémoire dans la mesure où les cités pré-axoumites comme Adoulis, principal port du royaume éthiopien de l'époque, présentaient une renommée au moins équivalente.
     Dès le IIIè millénaire avant JC, on trouve, dans des textes égyptiens, la mention du pays de Pount « Terre de Dieu» que les égyptologues ont identifié comme étant ce qui est aujourd'hui l'Érythrée et le plateau du Tigrée en Éthiopie. De nombreux bas reliefs, égyptiens toujours et remontant à l'antiquité, décrivent des bateaux en provenance de ce pays de Pount chargés de produits précieux tels qu'encens, myrrhe, épices, peaux, ivoire et même bétails. Cela tendrait à montrer que les contacts commerciaux étaient déjà fructueux et réguliers entre la Haute Égypte, la péninsule sud arabique et les populations d'Éthiopie. Par ailleurs, on trouve toujours à Yeha, les vestiges du plus célèbre temple, datant du Ve siècle avant JC, de cette principale capitale pré-axoumite située dans les montagnes du Tigrée.

     On peut, de façon succincte, présenter la formation d' Axoum, aux alentours du Xè siècle avant JC à l'ouest de l'Arabie, comme une conséquence de la naissance de nombreux royaumes, dont le plus important et le plus durable, fût sans doute le royaume de Saba. Dès le Ve siècle avant JC, des immigrants du sud de l'Arabie, des Sabéens, commencent à s'installer de la rive ouest de la Mer Rouge jusqu'aux plateaux éthiopiens. Axoum, le coeur de l'ancienne Éthiopie, est l'aboutissement de cette migration et de cette civilisation qui métissait les apports indigènes et sud-arabiques. Elle est incontestablement caractérisée par la pratique de l'écriture. En effet, alors que les sabéens s'installent en Éthiopie, notamment pour des raisons commerciales, des éthiopiens avaient déjà développé leur propre civilisation hormis l'écriture. Donc, même si les éléments de civilisation sabéenne apportés, notamment l'écriture, ont subi une forte influence, l'écriture dont se servent encore aujourd'hui les éthiopiens provient effectivement de l' alphabet sabéen. Cependant, il est à noter qu'elle a subi une très forte transformation car, contrairement aux autres écritures sémitiques, elle s'écrit de gauche à droite et est syllabique et non alphabétique. Cette écriture sabéenne est la base du Gue'ez »,une langue issue de sabéen et de celles des éthiopiens de ces régions., mais aussi la base de l'amharique une des langues officielles du pays à ce jour. Le Gue'ez a subi une évolution et un développement autonome et spécifique éthiopien, il est toutefois toujours utilisé pour les liturgies de l'Église copte éthiopienne. Ainsi l'Éthiopie est le seul pays d'Afrique qui possède son propre alphabet.

     Au IIIe siècle après JC, Axoum devient un état stable et économiquement prospère qui bat sa propre monnaie. Son architecture incluait des palais en pierre ainsi que des églises et monastères et ses dirigeants érigeaient des obélisques qui s'y trouvent encore. Un texte attribué au prince persan Mani suggère qu'il y a 4 grands royaumes dans le monde, le 1er est le royaume de Babylone et de la Perse, le 2nd est l'empire romain, le 3e celui des axoumites et le 4e le royaume de Silis, probablement la Chine. Axoum était la capitale de cet empire qui avait occupé une large partie du nord de l'Éthiopie. Au fil du temps, les guerres, puis la privation de l'accès à la Mer Rouge due aux invasions, ont entraîné le déclin de cet empire. Entre le VIIIe et le IXe siècle, Axoum perd alors de son prestige économique, politique et militaire.

     Au cours des siècles qui succèdent à la fin d'Axoum, vers le XIe siècle apparaît alors une nouvelle dynastie dont les rois étendent le royaume vers le sud. Parmi ces rois on peut citer Labilela (XIIe après JC) connu notamment pour la réalisation des fameuses églises monolithiques creusées dans la roche et qui portent son nom. Elles sont classées au patrimoine mondial de l'UNESCO.

      Il est à noter que dans l' Axoum actuelle, on peut encore admirer des ruines comportant des obélisques monolithiques, des stèles gigantesques, des tombes royales, des vestiges d'anciennes forteresses et des tablettes de pierre sur lesquelles on peut voir des inscriptions en sabéen, en grec ainsi qu'en Gue'ez.

     La succession des Négus et Négusse Neguest (respectivement rois et empereurs) marque l'Histoire et la civilisation de l'Éthiopie. Parmi les plus connus, on citera l'empereur Yohannes IV, Tewodros II, Menelik II et finalement l'empereur Halié Selassie jusqu'en 1973.
L'Éthiopie est l'un des pays les plus anciens du monde, d'ailleurs la découverte en 1974 du fossile connu sous le nom de Lucy dans la dépression des Danakil prouve la présence d'hominidés il y a plus de 3 millions d'années. On peut aussi préciser que, situé à proximité du croissant fertile, cette région fût parmi les premières bénéficiaires de la domestication du blé.

     La surexposition de certains aspects négatifs indéniables mais amplifiés de façon manichéenne occulte les richesses culturelle, linguistique, historique et les paysages époustouflants de ce pays vaste comme deux fois la France.

     Ce pays longtemps considéré comme le « château d'eau » de l'Afrique de l'est draine des fleuves légendaires comme le Nil Bleu qui prend sa source dans le lac Tana et forme 60% du Nil lors de sa confluence avec le Nil Blanc à Khartoum . Comme l'a écrit Marc Aubert  dans son « Introduction à l'Éthiopie. Berceau de l'humanité » , « Du désert minéral des Danakil (120 m au-dessous du niveau de la mer) au sommet enneigé du Ras Dashen (4 620 m) cette citadelle présente un relief alambiqué qui réunit harmonieusement forteresses rocheuses aux larges sommets plats, massifs escarpés, canyons encaissés, dômes volcaniques, savanes dorées et hautes plaines ondoyantes. »

     La découverte des nombreux parcs nationaux, des paysages des hauts plateaux et des fortes dépressions, des nombreux lacs de cratère ou de la Rift Valley, des chutes du Nil Bleu, des sources d'eau chaude naturelle etc... vous fera voyager dans un pays inattendu.

     Les amoureux des animaux ne seront pas non plus déçus car le pays recèle de nombreuses espèces endémiques telles que le bouquetin Walia, le chacal du Semien, le babouin gelada, le Nyala de montagne, ... mais aussi parmi les oiseaux.

      La route du Nord vous emmènera sur les sites archéologiques de la civilisation pré-axoumite et les sites historiques du royaume chrétien mais dévoilera aussi un relief d'une diversité stupéfiante.

    Il est aussi à signaler qu'une des autres particularités de ce pays est son calendrier qui est une variante du calendrier Julien. En effet, une année comporte 13 mois: 12 mois de 30 jours ainsi qu'un mois de 5 ou 6 jours. L'année débute le 11 septembre. Aujourd'hui, jour de rédaction de ce texte, nous sommes le 4/03/2003 selon ce calendrier tandis que, dans le calendrier Grégorien, nous sommes le 13/11/2010.

     Chers visiteurs d'Ethio-Ethic, j'espère que le portrait d'amateur et donc très incomplet que je viens de brosser de ce pays vous donnera envie de le connaître un peu plus et pourquoi pas de vous y rendre. D'ailleurs, la visite du site du patrimoine mondial de l'UNESCO vous en donnera un avant goût.
Lalibela_Church
Blue_Nile_Falls.jpg
Semien_Mountain
eau_chaude_Small
Gondar
Blue_Nile_Falls
Lalibela_Church
Simien_Mountain
Lac_Dallol

Addis-Abeba black_lion Lion_en_Pierre_Addis_Abeba Lac_Tana_3
Lac_Tana